DOTIC : Expert radio dans l’environnement ferroviaire

Dans la cadre de l’amélioration du fonctionnement du métro new-yorkais, un système reposant sur un lien sol/bord doit être mis en place. L’objectif est de permettre des échanges entre les équipements des systèmes embarqués et ceux présents en station.

Dans ce contexte, DOTIC a participé à l’étude de faisabilité du lien sol/bord. L’étude de nos experts s’est portée sur les équipements à utiliser et la meilleure technologie à utiliser en s’assurant de la cohabitation entre ce nouveau lien sol/bord et les autres systèmes rayonnants présents. Le résultat de l’étude a permis d’alerter sur les différents risques de perturbation engendrés par l’ajout de ce nouveau système dans l’environnement du métro new-yorkais.

Une étude de cohabitation, c’est quoi ?

C’est une étude qui vise à détecter les potentiels problèmes de perturbations entre plusieurs équipements. Trois phénomènes physiques principaux sont à surveiller :

  • Les produits d’intermodulation: ils désignent les nouvelles fréquences générées par la non-linéarité des équipements;
  • Les fréquences parasites: lorsqu’une source possède une fuite de puissance hors de sa bande de fréquence, elle rehausse le niveau de bruit ambiant. Cela a pour incident de perturber les autres systèmes à proximité;
  • Les émissions bloquantes: ces émissions se produisent lorsque les récepteurs reçoivent des signaux trop puissants pour eux. Les équipements sont alors saturés et les communications brouillées.

Les déploiements de réseaux nouvelle génération (NG) dans les lignes de métro permettent aux utilisateurs d’avoir un meilleur accès à une couverture de qualité et leur permet d’utiliser leur smartphone quel que soit le lieu.  

La conséquence ?

Les réseaux des opérateurs télécoms émettent sur des bandes différentes ce qui entraîne un accroissement des fréquences présentes et des équipements dédiés. Les métros en conduite automatique communiquent grâce à des fréquences réservées essentielles à leur fonctionnement, il est donc indispensable de vérifier en amont qu’ils ne subiront pas de perturbations.

L’environnement restreint et la proximité entre les équipements rend difficile la cohabitation de toutes les ondes radios. On peut retrouver plusieurs antennes à l’intérieur de la bonnette du métro, espacées de quelques centimètres seulement.

Pour un fonctionnement optimal, on peut ajuster les niveaux de puissance d’émissions de certains systèmes entraînant une diminution des débits atteignables et un impact négatif sur les échanges de données nécessitant un haut débit. 

Ainsi, l’augmentation du nombre de fréquences utilisées multiplie les risques de brouillages. Il est donc indispensable de s’assurer que la cohabitation de tous les systèmes de communications soit efficace principalement s’ils sont critiques. Face à des matériels roulants dont les services embarqués sont de plus en plus connectés, le transport public, pour résoudre cette problématique technique, fait appel à DOTIC pour identifier les risques de perturbations et préconiser des solutions pour permettre une cohabitation pérenne des différents systèmes.